Premiers jours de printemps sur Paris. La plupart des parkas fourrées et des bonnets de laine sont remisés. Il fait 18° à Paris et le temps est aux bains de soleil et à la pétanque dans le jardin des Tuileries. Savez-vous pourquoi on appelle "marronnier" une information de presse qui repasse à intervalles réguliers ? Ce terme purement journalistique viendrait de l'habitude prise par un échotier un peu routinier de prévenir ses lecteurs de la première éclosion des bourgeons sur le marronnier qu'il voyait de sa fenêtre. Eh bien, ça y est : les marronniers parisiens, dont l'exactitude saisonnière n'est jamais prise en défaut, montrent leurs premières feuilles. Les autres essences suivront d'une semaine. De toute façon, ce dimanche, 25 mars, on disposera d'une heure de beau temps en plus pour admirer leurs frondaisons toutes neuves : par le simple effet d'un décret européen, à 2 heures, il sera 3 heures. C'est le brave petit Fuji X10, adorateur des couleurs de toutes les saisons, qui va apprécier... Et moi, donc, qui n'aime rien tant que les longues journées !

Les photos, en Raw, ont été dématricées
avec Camera Raw 6.6 de Photoshop Elements 10.
Elles sont visibles en meilleure définition par clic vers
flickr (hors CC).

Paris bourgeonne 009 copie

Paris bourgeonne 010 copie

Paris bourgeonne 014 copie
Le quadrige du Grand Palais annonce les couleurs.
A ce niveau de piqué, le 112 mm du Fujinon n'est pas trop court :
je recommande la vue Flickr au format original pour s'en rendre compte.

Paris bourgeonne 027 copie
Jeu d'ombres aux Tuileries.

Paris bourgeonne 019 copie
L'hiver vient de passer la main.

Paris bourgeonne 031 copie

Paris bourgeonne 020 copie

Paris bourgeonne 025 copie

Paris bourgeonne 028 copie copie

Paris bourgeonne 033 copie
Qui se souvient du temps des chaisières ? Ces dames, revêches comme des contractuelles,
allaient de chaise en chaise, prélever une redevance de 50 centimes, ce qui était une somme
(compter au moins autant en centimes d'euro actuels). Le jeu consistait
à se lever
en les voyant arriver de loin, mais cela ne marchait pas à tous les coups...

Les chaises d'aujourd'hui sont plus confortables, il y a même des fauteuils à bain de soleil,
et leur usage est gratuit. Les chaisières ont pris leur retraite. Bon vent !

Paris bourgeonne 032 copie

Paris bourgeonne 035 copie
Il se peut bien que ces voiliers aient l'âge de leur loueur : je les ai toujours connus...

Paris bourgeonne 038 copie
Le plus ancien jeu d'enfants du jardin des Tuileries.

Paris bourgeonne 040 copie
Toujours aux Tuileries : le geste auguste du bouliste.

Paris bourgeonne 048 copie

Paris bourgeonne 049 copie
Quartier des Halles : la fontaine des Innocents est le dernier vestige d'un cimetière
qui disparut à la fin du XVIIIème siècle et dont l'histoire étonnante peut être consultée ici.
C'est à quelques dizaines de mètres du sujet de cette photo qu'Henri IV
fut assassiné par Ravaillac,
le 14 mai 1610, alors que sa voiture était prise
dans un embouteillage (déjà), rue de la Ferronnerie.

Paris bourgeonne 051 copie
Tour Saint-Jacques.

Paris bourgeonne 052 copie
Boulevard Saint-Michel : au Quartier Latin, évidemment, même les livres prennent l'air.

Bouton_remonter_pageBouton_retour_accueil_blog